Utilisation abusive du Clichy Magazine

20140202_171514DEn utilisant abusivement le Clichy magazine, la Ville de Clichy
cadenasse l’information due aux clichois.

Obligé de se justifier, sans succès, devant le Conseil municipal lors du Conseil du 17 décembre 2013, le 1er maire-Adjoint utilise les mêmes méthodes que lors de la « suspension » de la commission de suivi du dossier du chauffage urbain :
♦ l’utilisation autoritaire, unilatérale et abusive des moyens de communication mis à la disposition du service public municipal,
♦ le refus d’accès à ces mêmes moyens – en réponse à des attaques personnelles proférées lors dudit Conseil – par les personnes attaquées.

Faut-il :
♦ que les analyses du Collectif, les réactions des six Conseillers lors de ce conseil gênent « la Ville » pour qu’elle ose procéder à ce détournement d’un outil de communication normalement réservé à l’information la plus impartiale possible !
♦ que le besoin de se justifier soit ressenti par la Ville comme urgent pour qu’un article de 2 pages dans le N° de février 2014 soit publié alors qu’aucune actualité ne fait passer ce sujet comme une priorité !
♦ que les démentis – truffés de mensonges, demi-vérités, extrapolations hasardeuses, contradictions internes entre ses écrits et ceux de la SDCC, oubli des réalités concrètes supportées par les utilisateurs –  soient devenus indéfendables pour qu’elle en arrive là !

Les affirmations ci-dessus ne sont pas des affirmations gratuites. Comme à chaque fois, nous les avons appuyées sur une analyse de texte, en l’occurrence celui du Clichy Mag.
Reprenons quelques-unes de nos remarques sur les sujets mis en avant par le magazine:

1 –La justification de la baisse de 20%.
Comme à chaque fois, la SDCC et la Ville utilisent une année de référence qui les arrange. Comme à chaque fois, nous demandons l’utilisation d’une période trisannuelle, comme le fait le cabinet spécialisé Best Énergies, société spécialisée mandatée et payée par l’Office Clichy Habitat,

Prix Mwh TTC Analyse Comptes2 – La répercussion des choix de puissances imposées sur les factures des utilisateurs-payeurs« non protégés » : nous prenons cette fois-ci le dernier tableau fourni par un autre cabinet spécialisé mandaté par la Ville, le Cabinet Comptes. Utilisé comme référence par Monsieur Jean-Pierre Auffret, ce tableau démontre la discrimination outrancière générée par les choix retenus dans le protocole :
un prix TTC du MWh allant de 80.02 € à 141.77 €.
Soit une différence de facturation annuelle de 567 € entre le plus « favorisé » et le plus pénalisé (appartement-type, 12 MWh annuels). Et même 747 € en prenant en compte le cas hors normes de la sous-station 8pr5.

3 – Le gros mensonge de la justification des puissances et de la raison de leur évolution suite au protocole.

Clichy Mag : «Pour chaque immeuble, la puissance souscrite est définie par les critères de performance énergétique du bâtiment et le confort souhaité dans les logements. »
 Or, le protocole, à propos des puissances, dit : « Afin de répartir la nouvelle répartition des charges, les puissances souscrites sont révisées pour chaque abonné. ». Où sont les critères avancés par le magazine ?
♦ Or, la SDCC écrit dans un courrier récent : « Nous vous rappelons que le changement de puissance souscrite [est justifié par] le changement de structure tarifaire du réseau de chaleur de Clichy. »
 Or, Clichy Habitat, qui a accepté une hausse de 8,1% des puissances entre l’avenant N° 8 et l’Avenant N° 9, a parallèlement « bloqué » la puissance efficace des immeubles rattachés. Avec, comme résultat, des utilisateurs qui se plaignent du froid et un Office public obligé d’installer des sondes de température pour essayer de calmer le jeu et de gagner du temps !

Heures équivalence Levallois Clichy

Le résultat le plus visible de la discrimination des puissances entre utilisateurs est apparent dans le comparatif des écarts de puissances entre utilisateurs par rapport à la moyenne à Levallois (de – 10% à + 10%) et Clichy (de – 60 % à + 100%)

Conclusion :
La Ville de Clichy et son 1er Adjoint :
♦ N’ont pas daigné répondre à notre courrier recommandé du 29 janvier 2014, courrier de démenti de ses affirmations et de demande de droit de réponse suite à son intervention lors du Conseil municipal du 17 décembre 2013,
♦ Ont occulté totalement les six interventions de Conseillers municipaux lors de ce conseil, aussi bien dans le compte-rendu de Presse du lendemain que dans le Clichy Mag qui a suivi,
♦ Ont utilisé de manière abusive les moyens publics mis à leur disposition pour un plaidoyer pro domo travestissant la réalité de ce dossier.


Commentaire

Utilisation abusive du Clichy Magazine — 3 commentaires

  1. Voilà encore un exemple de la désinformation politique qui règne à la Mairie.

    MM. Catoire et Auffret, c’est honteux de votre part !

    Dimanche prochain les clichois vont vous dire ce qu’ils pensent de vos méthodes qu’on croyait révolues.

  2. Cet article d’autosatisfaction sur le chauffage urbain et son support, le numéro de Clichy Mag de février 2014, publié quelques semaines avant le premier tour des municipales, sont-ils des documents de campagne ?
    Si oui, leur coût d’impression et de distribution doit être intégré dans les dépenses de campagne du candidat Catoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *